Chuck Norris, le chômage et moi

Madame,

Nous vous remercions de l’intérêt que vous nous témoignez en proposant votre collaboration pour le poste de chargé(e) de projets à pourvoir dans notre maison d’édition. 
Toutefois, malgré la qualité de votre candidature, nous ne sommes pas en mesure d’y apporter une réponse favorable. 
Espérant que votre recherche se concrétise rapidement, nous  vous prions d’agréer  l’expression de nos salutations distinguées.
.
okay

 

Hum hum, belle entrée en matière, n’est-ce pas? Ça met tout de suite de bonne humeur. Merci Oskar, t’es une vraie pote!
 .
Ce genre de mail quand on est au chômage, c’est un peu comme se prendre une maxi tarte par Chuck Norris, et tout comme moi tu sais que Chuck Norris peut faire pleurer des oignons!
Bref, le mail de refus, c’est le lot quotidien du chômeur, quand le possible employeur daigne bien répondre évidemment.
.

Vous savez le plus dur dans le chômage, c’est la vision que l’on a de soi. Chacun y va de sa petite remarque évidemment “tu le vis bien”, “je vois bien que t’es préoccupée!, ou bien encore “c’est bon détend-toi, c’est pas la mort!”. Moi, c’est plus compliqué.
.
Il y a des jours où tout va bien, l’optimisme est bien accroché, l’espoir embarqué pour parcourir les colonnes de pôle emploi et des autres sites d’offres. Tout est possible, une offre te plaît? Elle est faite pour toi, tu ne peux que décrocher le poste! T’es une warrior, rien ne t’arrête! Tu t’imagines déjà sur ton bureau dans une entreprise cool, un nouvel appart à toi et de nouvelles connaissances super chouettes à tes côtés. Le rêve est doux, très doux.
 .
Il y en a d’autres où tu te révoltes. C’est la guerre dans ta vie comme dans ton esprit. Tu insultes le monde entier qui se ligue contre toi, même la vieille qui traverse hors des clous et qui dit même pas merci quand tu t’arrêtes.
 .tumblr_mxai5r5vGa1rzzy9io1_500
.
Puis il y a ceux où aucune solution ne paraît acceptable, où l’avenir glisse entre tes doigts. Tu te terres au fond de ton lit pensant à tout ce que tu aurais fait différemment si tu t’en étais donné les moyens.
.
tumblr_mjshblno6D1rxkzmjo2_r1_500
 .
Car oui, quelques soient les situations, le coupable, c’est toi. Je dis bien coupable parce que c’est comme cela qu’on se considère.
Coupable d’avoir choisi cette voix, d’avoir fait ces études, de ne pas avoir choisi un chemin plus sûr. Coupable de rester sans travail, coupable de ne pas bien chercher, coupable de ne pas vouloir baisser ses attentes.
Coupable de revenir habiter chez tes parents et de lire de la compassion attristée dans leurs regards. Coupable de leur faire penser qu’ils n’ont pas réussi à t’offrir une meilleure vie.
.
Ça peut paraître pleurnichard ou alarmiste, mais c’est souvent le cas.
On peut glisser lentement vers le rejet de soi. Se dire qu’on est pas assez bien parce que personne ne veut de nous. Elle est loin l’image de celle que j’imaginais petite, celle de la jeune dessinatrice (oui je voulais être dessinatrice, parfaitement!), vivant ses rêves accompagnée des gens qu’elle aime, voyageant à travers le monde.
 .
never-look-back-facebook-cover-myfbcovers-11
.
Si j’étais d’un naturel pessimiste, je ne serais pas là à écrire ce genre de choses, mais au fond de mon lit à attendre que jeunesse se passe. Cette image est loin certes, mais pas inaccessible. Je suis et j’ai toujours été accompagnée des personnes que j’aime. Je me suis pris des claques comme tout un chacun mais je me félicite tous les jours des choix que j’ai fait car je ne pourrais espérer de meilleures personnes pour m’entourer. Je vis mes rêves petit à petit, rayant progressivement les points de ma liste, ce qui me procure toujours une superbe sensation d’accomplissement. Je ne voyage pas à travers le monde, peu le font et en ont les moyens, mais je profite de chacune des escapades qu’il m’ait donné de faire. Je ne suis pas dessinatrice (désolée petite Oskar) mais je n’ai pas perdu ce goût pour la création qui m’a toujours accompagné et qui aujourd’hui me permet de mettre sur pieds certains projets.
 .
Parfois je doute, je lutte, je peste contre mon amour des livres avant de me jeter sur le prochain. Je crie à l’injustice et met à l’épreuve ma susceptibilité tout en riant joyeusement de ce qui m’arrive. Je tourne en rond, piétine mais je n’hésite pas à m’embarquer sur un nouveau projet. Je crois que l’important dans tout ça, c’est de toujours se souvenir que chacun fait des choix et qu’il doit les assumer, peu importe ce que cela implique. Qu’il y a des hauts et des bas mais qu’on apprend des deux. Q’on n’est pas irrécupérable, seulement un peu amoché.
 .
Vous savez, quand j’étais adolescente, pour embêter ma mère, je disais toujours que plus tard, je serais chômeuse… Alors faites attention au karma, je crois que moi, il m’a dans son collimateur 😉
G7UWo

A fresh start

2014

Whoop Whoop, 2014 ! Bonne année, bonne santé, que du bonheur et de l’amour et toussa toussa !

 .
Oui, bon d’accord, je suis pas très douée pour faire des voeux originaux. Faut dire que les seuls que j’ai entendu cette année ce sont les “bonheur et TRAVAIL surtout” ou “Plein de réussite pour toi et un TRAVAIL à la hauteur de tes attentes”. C’est gentil. Moi aussi, je me le souhaite. Ba ouai, faut bien être un peu égoïste parfois. Parce que bon, cette fin d’année 2013, ça s’est résumé à retourner travailler en tant que saisonnière dans un hypermarché. À chaque fois, je jure que c’est la dernière fois que j’y retourne, mais j’y retourne toujours.
 .
Je ne ferais donc pas de bilan de 2013 qui a été une année un peu houleuse bien que parfois heureuse. J’aime pas trop les bilans, ça rend tout trop solennel, trop chiffré. Je dirais juste que j’ai appris que mon travail pouvait être reconnu, que les gens s’en vont et que d’autres les remplacent, que ça fait mal…mais que c’est nécessaire. Je dirais qu’il est important de croire en soi et en son avenir, qu’il faut s’accrocher et innover, sourire et toujours espérer. Je dirais juste que c’est la vie et qu’elle avance, qu’on ait décidé d’y participer ou non. Qu’il faut donc se faire violence pour n’en perdre aucune miette.
 .
Quoiqu’il en soit, je vous souhaite à tous de trouver votre chemin en 2014, d’être heureux et comblé et accessoirement de trouver comment faire des feux d’artifices avec votre poitrine comme Katy Perry. (OUI OUI)(Avouez ce gif est fascinant)
.
tumblr_mcwveecVB61r4l6c7o1_500

La cape d’invisibilité

Que les fans d’Harry Potter ne s’extasient pas trop devant ce joyeux titre, il ne sera pas question de l’objet merveilleux dont Harry a hérité mais plutôt de sa capacité à dissimuler, qui je dois le dire, me serait bien utile en ce moment.

enhanced-buzz-7286-1372110127-13

Quand tu es au chômage, tu n’as pas de statut. Chômeur, c’est facile à coller comme étiquette, mais c’est compliqué à expliquer. Certains vivent très bien cette situation, d’autres la détestent et voudraient y échapper. Pour moi être chômeur, c’est comme être cette pièce de puzzle que tu sais jamais placer, celle qui finit au fond de la boîte avant que l’on se rende compte bien plus tard qu’elle n’appartient pas au puzzle qu’on est en train de constituer. Non pas un rebut, mais un oublié coincé dans une autre dimension ( Woooo elle va loin…)
 .
Le quotidien n’est pas le même, la gestion du temps et de ses activités non plus. La satisfaction de soi, n’en parlons pas…
Mais ce qui m’énerve le plus je crois, ce sont les gens qui me demandent où j’en suis. Pas qu’ILS m’énervent vraiment, mais ce qu’ils disent et comment ils le disent. Il y en a d’ailleurs plusieurs types :
 .
  • Le condescendant : “Non mais je te comprends, je peux t’aider si tu veux, comme MOI j’ai du boulot, je peux peut-être t’être utile (vu qu’apparemment tu m’as bien l’air d’en avoir besoin, se dit-il) ” Hum Hum. .
tumblr_ml2sjdlPbR1qjemo2o1_500
.
  • Celui qui a pitié : “Oh ma pauuuvre! C’est vrai que c’est dur en ce moment, t’as vraiment pas de chance de sortir d’études maintenant. Mais tu vas trouver, j’en suis sûre ma chérie!”
tumblr_m7p9zvaOqX1qey9tv
..
.
  • Le médisant : ” De toute façon, faudrait peut-être te motiver un peu plus! Pour trouver du boulot, il faut aller frapper aux portes et clairement, ton pyjama ne va pas t’aider…”
dolores-umbridge-obviosly-snape-Favim.com-238333
 .
.
  • Le donneur de leçon : “De toute façon, si tu cherchais mieux aussi! MOI j’ai mis un mois à trouver du boulot, tu vois bien que c’est pas compliqué, il faut juste se donner les moyens, et clairement, tu ne le fais pas!”
tumblr_m1jqhd9E451rnosvco1_500
 .
.
  • Celui qui n’ose pas poser la question mais que ça torture : “Euhhhh sinon, quoi de neuf?”
Ron-Weasley-GIFs-ronald-weasley-23648614-500-206
.
.
Et voilà qu’arrive les fêtes de fin d’année. J’adore cette période, les lumières, le suspens des cadeaux, le gavage de chocolat et l’overdose de thé de noël. Mais les fêtes c’est aussi les réunions de famille et d’amis et les éternelles questions sur le parcours de chacun. C’est le risque que tous les exemples que j’ai cité ci-dessus se rassemblent pour ne former qu’un seul et même panneau clignotant “YOU’RE A LOSER” devant moi pendant quinze jour.
.
Fan-Arts-draco-malfoy-18298485-500-285
.
Alors là, lecteur de mon coeur, tu saisis mieux pourquoi j’ai tant besoin d’une cape d’invisibilité. Mais bon, j’aime ma famille (même si parfois elle me fait passer pour une vielle célibataire à seulement 24ans, sans avenir et prête du stade tisane et multiples chats) et mes amis et les gens en général (pas de trop près quand même).
.
.
Alors vivement Noël, une bonne couette, Harry Potter et les Jingle bells!
.
enhanced-buzz-29893-1372109900-8
.
P.S: Pardon pour l’overdose de gif, mais je sais que tu aimes Harry Potter, ne le nie pas! Oh et les chouettes illustrations de début et de fin d’article sont de Mary GrandPré!

Le calendrier de l’avant

La semaine dernière, je suis montée à Paris pour le salon du livre et de la presse de jeunesse de Montreuil. C’est un peu mon rituel annuel de novembre. J’en ai profité pour filer aux expos Pixar et Asterix et Obelix, en somme, pour complétement retomber en enfance.
Après cette chouette escapade à Paris pleine de découvertes et de rencontres, je suis rentrée chez moi pour m’apercevoir que… j’avais encore oublié d’acheter mon calendrier de l’avent! Adieu Kinder et overdose chocolatée!
 .
Alors j’ai décidé de faire mon propre calendrier de l’avant. Non, non, toi lecteur outré, je ne me suis pas plantée dans l’orthographe, c’est juste que j’ai voulu faire un calendrier de l’avant premier job. Un calendrier non pas de dates mais d’étapes par lesquelles un jeune diplômé peut passer. Évidemment, je me base sur mon propre ressenti actuel, alors ça peut ne pas parler à tout le monde. (En gros, je parle de moi. Encore.)
.
tumblr_inline_mue91gm1Ec1rs81pk
.
..
.

Le calendrier de l’avant

 .
1. Récupérer : Les dernières années d’études sont généralement les plus dures. Quand j’y repense, je n’avais qu’une hâte, c’était que ça se finisse. On avait tendance à me dire que j’exagérais, que c’était la fac, que je devais pas avoir tant de boulot et que ça ne valait pas le boulot quotidien d’un employé en entreprise. “T’es fatiguée? Et moi alors, qu’est-ce que je devrais dire?” Voilà à quoi je me suis souvent heurtée. Et ça fait plutôt mal quand on sait que je passais mes semaines sur un projet de création de maison d’édition, un mémoire de recherche et que j’allais travailler toute la journée pendant mon stage. Alors oui, j’ai eu besoin de récupérer. Parce que ces dernières années ont été enrichissantes mais également plus qu’exténuantes. Mon rêve à cette période? Me gaver de chocolat et de bons bouquins, bien calée sous ma couette.
.
2. Réfléchir : Quel bien grand mot. Mais oui, fini les études, qu’est-ce que je fais? Mine de rien, ça avait un aspect très rassurant ce cadre scolaire.
 .
3. Flipper : Toi aussi tu as longtemps cru que le boulot de tes rêves se trouvait au bout des tes longues études? C’est râpé. Alors tu flippes comme jamais. “Qu’est-ce que je vais faire de ma vie?” “Pourquoi personne veut de moi?” “Je suis nulle”. Non tu n’es pas nulle, tu es juste dans la même situation que des milliers de jeunes. Ne pas trouver de travail n’enlève en rien à tes compétences et tes connaissances. Flipper oui, se dévaloriser non. Même si c’est bien dur.
.
tumblr_md6p7nFUNM1ryfzpy
 .
4. Se motiver : Fini la flipette. On se prend en main. Le boulot, il va pas tomber du ciel et atterrir tout cuit dans nos assiettes. (J’aime les expressions françaises)
 .
5. Faire des listes : Alors là, c’est l’étape où tu te lâches. Tu listes tout et n’importe quoi, le brainstorming est ton ami (enfin, c’est ce que me rabâchait ma prof de graphisme, résultat j’ai tellement brainstormé qu’elle comprenait plus du tout ce que je faisais. Moment de solitude.). Lister ses envies, ses boulots rêvés, les entreprises dans lesquelles on se verrait bien, celles qu’on oublie, etc… Attention tout de même à ne pas virer accro à la liste. Par exemple, pas besoin de lister les oui et les non pour savoir si on doit faire confiance à pôle emploi pour nous trouver du travail. La réponse est non.
(Ne jetons pas trop la pierre non plus, j’avoue que leur boulot n’est pas du tout facile à l’heure actuelle – mode conciliante ON – )
 .
tumblr_mdfimtW64b1rfhsm0o1_4006. Démarcher : Pour une fille qui a en horreur la notion de “se mettre en avant”, cette étape est pour moi la cause d’un grand combat intérieur. Si tu veux du boulot ma fille, va falloir te mouiller et te lancer un jour ou l’autre. Alors tu nous fais un joli CV bien catchy et une lettre de motiv’ bien huilée que tu forward à tout tes contacts pro! (Oui, le franglais, c’est monnaie courante en édition, t’es branché ou tu l’es pas,…)
 ..
.
7. Rester en contact : Se mettre dans la peau d’une sangsue est devenue ton activité préférée. Tu es l’as du mail “Oh je venais juste prendre des nouvelles…Et sinon t’as pas du travail à me donner?….Oh que tes enfants sont beaux et puis j’adooooore tes nouveaux projets!” Ne pas se faire oublier, l’objectif premier du chômeur.
 
8. Ne pas s’ennuyer : Objectif n°2! Le temps libre c’est cool, mais il faut savoir en tirer profit. La loque dans son lit qui regarde des séries toute la journée, c’est bien pour celui qui bosse et qui fait ça uniquement le dimanche. Pour le chômeur, c’est du suicide social.
.
tumblr_mdfirtp2321rfhsm0o1_500
 .
9. S’occuper : Tu n’as jamais trouvé autant d’intérêt à la vaisselle et pensé que c’était aussi bien d’aller faire des courses. Il faut savoir s’occuper, garder l’esprit en éveil. Perso, je fais des bracelets DIY et de la traduction de manuel automobile anglais (véridique), j’hésite encore à me mettre au macramé.
 .
10. Développer de nouveaux projets : Ça permet de se dire qu’il y a un lendemain. Et pourquoi pas de développer une envie longtemps occultée. J’ai toujours aimé la création, et encore plus maintenant que je fais un peu de graphisme. Depuis que je suis au chômage, je réalise souvent des cartons d’invitation, des faire-parts, des cartes de visite, etc. et j’adore ça. Et j’ai l’impression que ça ne va pas s’arrêter de si tôt, et c’est l’une des choses qui me donne le sourire en ce moment.
 .
11. S’amuser : Souvent, on a tendance à nous dire “quand on veut, on peut”, et que si on ne trouve pas de travail c’est qu’on ne le veut pas assez. Et bien moi, j’en ai assez d’entendre ces discours cliché trop éloigné de la réalité du monde professionnel actuel. J’en ai assez de culpabiliser dans les moments où je ne cherche pas de boulot. J’en ai assez de me sentir coupable de ne pas passer ma journée sur les sites d’annonces à postuler. C’est important aussi de lâcher prise, de prendre un peu de bon temps et de se décomplexer. Souffler et sortir la tête de l’eau.
 .
12. Rêver
 ..
tumblr_m8xf467tU51qfb46yo1_500
.
13. S’ouvrir à toutes les possibilités : Plus le temps passe, et plus tu vois tes ambitions s’envoler. Ne laisse pas tomber, élargis tes perspectives. Il y a une place pour toi quelque part et peut-être pas là où tu l’attendais, mais peut-être bien plus confortable.
 .
14. Se prendre en main : Souvent, quand le travail se fait attendre, tu te laisses aller et les efforts deviennent plus durs à faire. J’avoue que tous les matins, je me demande pourquoi je me force à me lever. Mais ça vaut le coup, c’est un peu garder espoir que la journée apportera quelque chose de meilleur, même si ce n’est pas toujours le cas. Garder le cap, c’est essentiel.
 .
15. Se rappeler au bon souvenir : Le retour de la sangsue.
.
16. Se révolter : Je veux pas vous la faire rebelle, mais le chômage, personnellement, ça a tendance à me révolter. J’ai tendance à être en colère contre tout et n’importe quoi, contre ce système qui n’intègre pas ses jeunes, qui les pousse à s’exiler ou à se diminuer. En colère parce que je suis encore obligée de faire des petits boulot d’appoints à 24 ans et que je vis chez mes parents. Révoltée parce que je risque d’être radié de pôle emploi si je ne vais pas aux ateliers auxquels on m’inscrit d’office, alors que je n’ai même pas droit à des indemnités. Révoltée parce que les gens conduisent mal. Révoltée parce que je suis malade et qu’il n’y a plus de cappuccino à la maison….Vous l’aurez compris, je suis très irascible ces derniers temps (M’enfin, fallait pas oublier le cappuccino aussi…)
.

je-m-enerve

 .
17. Pleurer un bon coup : Ça n’a jamais fait de mal à personne et c’est plutôt libérateur.
 .
18. Repartir du bon pied : Se dire qu’il y a des choses plus graves et que tant qu’on est motivé, on peut continuer. Hauts les coeurs, il y a quelque chose de chouette qui nous attend. S’agit plus que de le trouver!
 .
19. Espérer
 .
20. Être optimiste : Chanter comme Bono It’s a beautiful day en se trémoussant en culotte comme une ado que tu n’es plus. La vie. tumblr_m2oy4vDZkY1qcl49bo1_250
.
21. La dernière ligne droite : Un entretien, HIP HIP HIP *danse de la joie* (toujours en culotte, sinon ça compte pas). On prend son courage à deux mains et on se vend comme jamais, ce poste, on l’aura!
 .
22. Enfin : Prise? Félicitations, tu viens de rendre jaloux un millier de chômeurs qui attendent leur tour. Mais on s’en fout, tu es légalement autorisée à te couvrir de ridicule en exécutant la danse de la joie dans la rue.
 .
23. Se ruiner pour une bouteille de champagne
 .
24. Trouver sa place : Ou tout du moins, commencer à prendre ses marques dans la vie. Se construire un nouveau quotidien et pouvoir passer à de nouveaux projets.
 .
 .
Bon moi, je suis encore bloquée à la case révolte, rapport que j’ai pas eu de calendrier à temps et que les ressources de cappuccino s’épuisent de jours en jours. Ce sera donc pas long avant que je pleure toutes les larmes de mon corps. Mais faut pas s’en faire, j’ai bien trop d’optimisme à revendre pour baisser les bras. Alors en attendant de passer à l’étape suivante, je retourne bricoler et qui sait? Je vous présenterai peut-être prochainement mes créations en macramé 😉
.

tumblr_mu1sj313tg1swqhljo1_500

Comment se faire jeter d’un job que l’on ne voulait pas de toute façon

Quel joli titre à rallonge pour un épisode qui n’aura duré que trois jours.

Rappelez-vous, jeudi dernier j’avais été appelée pour un entretien sur la région parisienne pour un poste de maquettiste.
Dans ma tête c’était pire qu’une bataille au gouffre de Helm! Ça m’a rappelé que dans la vie, il fallait faire des choix et que de ceux-ci dépendrait ma vie entière (l’autre elle s’est crue dans HP à faire des choix de vie ou de mort ultraméga important).
 .
Finalement, je me suis rendue au rendez-vous lundi, relativement sereine et prête à en découdre. J’avais tout bien préparé mes questions et ma négociation de salaire (grown-up girl). Et finalement, l’entretien a duré au moins….6 minutes. Ui ui, 6 minutes, le temps de me dire qu’en fait, c’était pas un poste de maquettiste mais juste d’intégrateur et vérificateur de corrections Word et que la création je pouvais aller la chercher ailleurs. Hum Hum. Et puis qu’en fait, c’était un 39h payé au SMIC en région parisienne. Humpf. “Bien sûr, vous avez droit à 50% du titre de transport”. Il manquerait plus qu’il m’oblige à venir à pieds aussi.
.
hahahahaha no
.
Bon, vous allez me dire, on ne crache pas sur un CDI ces temps-ci. Je suis d’accord mais dans une certaine mesure. D’une, je ne me vois pas faire un boulot qui ne m’intéresse absolument pas si je n’ai pas au moins l’espoir de mettre un peu de sous de côté. De deux, je ne vais pas accepter un travail d’où il est probable que je parte au bout d’un temps et qui ne me fera valoriser aucune expérience. Parce que passer deux ans à faire du Word, pas franchement certaine que ça m’aide à trouver du travail ailleurs. Et puis, je ne veux pas paraître prétentieuse, mais je n’ai pas fait un Bac+6 pour vérifier des marges toute la journée!
 tumblr_llgp30vRE61qbg7bio1_r1_500
.
Alors d’accord, il est tellement difficile de trouver du travail en ce moment qu’on finirait par se faire lyncher sur la place publique si on nous proposait un CDI et que l’on refusait. Bon j’exagère mais je vous assure que les regards d’incompréhension sont très faciles à déchiffrer. (Oui toi derrière ton écran, je te vois aussi). C’est là que je veux faire valoir mon droit à l’exigence. Oui les temps sont durs, mais doit-on pour autant se forcer à faire un travail qui ne nous plaît pas? J’ai fait une licence, puis une deuxième licence et enfin un master pro. J’ai une formation qui m’aurait permis il y a quelques temps d’entrer en poste en tant que cadre et de bien gagner ma vie. Je sais que les choses changent et que les étudiants sont de plus en plus pour un marché du travail qui se rétrécit à vue d’oeil. Mais ce n’est pas pour autant que je vais accepter un travail qui ne me rendra pas heureuse. Je ne dis pas que l’argent m’importe peu parce qu’une bonne situation peut influer sur la vie quotidienne et sa perception. Seulement si un travail intéressant avec un salaire modeste se présente, je pense que je postulerais quand même.
Bon vous allez me dire encore que je fais ma révoltée pour rien parce que, comme vous l’avez compris avec ce titre, je n’ai pas été prise à ce poste que je ne voulais pas. On m’a préféré une personne plus compétente (HumHum). Alors que j’avais pris ma décision de refuser si j’étais prise, le destin en a décidé autrement. Non, je ne crois pas au destin, c’est juste que parfois le hasard fait bien les choses.
Alors, je suis libérée de ce poids, contente d’avoir su prendre une décision bénéfique pour le reste du chemin et repartie pour une nouvelle fournée de lettres de motivation.
.
Pour le coup, je ne sais pas si je suis bien motivée là…
.
[Series]Parker Lewis Cant Lose 1x12 Science Fair_02

Et toi, tu veux faire quoi plus tard?

Jeudi, j’ai été appelée par une maison d’édition pour passer un entretien pour un poste de maquettiste. Un CDI dans la région parisienne. Youhouuuuu me direz-vous. Et bien non.

J’en vois déjà s’offusquer : mais que demande le peuple?!
 .
610mpC7
.
Je ne sais pas vous, mais moi, je n’ai jamais eu de vocation.
Quand j’étais petite, je voulais être dessinatrice. Je gribouillais des feuilles à tout va jusqu’au moment où ma mère a décidé de m’inscrire à des cours de dessin pour que ça prenne enfin forme.
À l’adolescence, j’étais bien plus préoccupée par mon apparence et mes amies pour songer à ce que je voudrais être plus tard. Quand il a fallu faire des choix post-bac, je me suis trouvée bien dépourvue. Pour moi, il était bien trop tôt pour décider qui je voudrais être plus tard. Alors, j’ai choisi de continuer en fac pour voir ce qui se passerait.
Ma période étudiante, c’est certainement celle qui m’a le plus appris. J’ai pris le temps de penser à moi, à ce que je voulais faire, à ce qui me plaisait réellement. C’est là que j’ai pris conscience que la solution était sous mon nez tout ce temps : mon amour pour les livres. À partir de là, la route s’est tracé d’elle-même. L’édition, le monde du livre, c’était fait pour moi.
1379845_603414536367974_1896045707_n
Et me voilà maintenant diplômée d’un master d’édition. Pas de problèmes à priori. Sauf que c’était sans compter sur mon éternelle indécision. L’édition, c’est un secteur qui regroupe différents corps de métier.  Et le soucis, c’est que, curieuse comme je suis, je me suis frottée à plusieurs d’entre eux : communication, community management, suivi éditorial ou bien encore maquettiste. Résultat : lequel choisir? Quel est celui qui me correspond le plus? Dans quelle direction dois-je aller?
Autre problème de taille et qu’on ne cesse de rabâcher aux jeunes d’aujourd’hui : ne soyez pas difficiles, un CDI ça ne tombe pas du ciel. Certes. C’est pas faute de nous en avoir rabattu les oreilles pendant tout notre cursus. Autrement dit,si on te propose un CDI mais que le boulot ne te plait pas des masses, il faut savoir garder la fine bouche pour plus tard et assurer ses impôts!
 .
Ce qui nous mène à aujourd’hui. Je dois passer un entretien pour un CDI de maquettiste. Je ne pensais pas que ça me ferait revenir si loin en arrière, au questionnement de base.  Comment veux-tu mener ta vie? Où veux-tu vivre? Avec qui veux-tu vivre? Est-ce le genre de vie que tu veux?
Je connais des gens qui ont toujours suivi la même ligne. Du “Maman, ba moi je veux être docteuuur” jusqu’à la signature du contrat et l’achat du cabinet. Moi, je me suis toujours dit que le chemin se tracerait de lui-même selon les opportunités qui apparaitraient. Et je me rend compte, avec l’âge et l’expérience, que ces opportunités c’est aussi nous qui les faisons. Et qu’il serait peut-être temps de se mettre un coup de pied au cul.
Alors je ne sais pas ce que donnera cet entretien, si je serais prise ou non. Je sais juste qu’il va falloir que je commence à prendre des décisions. Et qu’elles mènent à un échec ou à un job rêvé, je n’aurais aucun regret, parce que j’aurais enfin pris ma vie en main.
.
Series-4-Gifs-doctor-who-for-whovians-32576110-500-252

Hé Ho Hé Ho On cherche du bouloooot

Qui dit recherche d’emploi, dit inscription chez Pôle Emploi.
Tristitude dans ton coeur, échec et mat, tu es une jeune diplômée qui mendie pour un CDI.
 .
raining_david_tennant_nosedrip
.
Tu traines des pieds, tu piétines, tu contournes, mais manque de bol, faut bien y passer. Alors un jour, tu te connectes au site, tu prends tout tes papiers officiels et ennuyeux et tu mets trois plombes pour constituer ton dossier. Tu passes une heure à remplir la moindre case pour qu’au moment de la prise de rendez-vous, on te dise ” Veuillez nous excuser, un problème est survenu, un conseiller vous contactera sous 48h”… Humpff
Bon d’accord, des problèmes de maintenance, ça existe, on se calme. Alors on attend gentiment des nouvelles du conseiller. Jusqu’à ce qu’un miraculeux sms vienne vous titiller le téléphone un dimanche (oui oui un dimanche) vous annonçant que votre rendez-vous est programmé…le lendemain!58785787
.
Clap Clap. Nice one. Bien évidemment Pôle Emploi n’a pas pris en compte le fait que tu as peut-être prévu des choses. Non le chômage, c’est rester terré chez soi et attendre un appel miraculeux du tout puissant CONSEILLER. Bien sûr, comme j’ai toujours été trèèèès chanceuse, ça tombait pile au moment où je devais aller à Paris. Alors j’ai pris le risque de ne pas y aller (bouuuuuuh la rebelle en carton).
 .
Finalement, le rendez-vous a été pris de nouveau et j’y suis allée la mort dans l’âme. Faut dire que je n’avais pas eu que des bons échos. Deux de mes amis y étaient déjà passés avant moi et on leur avait conseillé soit de s’expatrier soit de faire une enfant (véridique!). Alors en plus du coup du sms surprise, j’étais pas bien rassurée.
Enfin, rien de neuf sous le soleil de l’emploi, la conseillère ne m’a rien appris de bien nouveau : mon emploi espéré ressemble plus à une aiguille dans une botte de foin qu’une baleine sous gravillons et je risque de mettre du temps à être embauchée. Je n’ai le droit à aucune indemnité parce que mon temps de travail en stage ne compte pas. Oui, le stage est considéré comme un temps d’étude. Mon oeil !
Je crois que c’est ce qui me révolte le plus à l’heure actuelle. On utilise, réutilise et recycle des stagiaires parce que ça coûte moins cher qu’un employé. Mais le stagiaire fait le boulot d’un employé voire plus. Les heures et le travail, on ne les a pas volé. Mais non, un stage est un temps d’études. Dans notre société , je trouve ça très hypocrite de nous lancer ça à la figure alors qu’on nous pousse à faire toujours plus de stages. Quel intérêt si on ne les valorise pas en entretien d’embauche et s’ils ne nous permettent pas d’avoir des situations fixes par la suite? Des éternels stagiaires, voilà ce qu’on est aux yeux du monde aujourd’hui. Pas assez expérimenté pour être embauché, trop étudiant pour être indemnisé. Voilà, c’était ma minute révolte.
Reste que ce rendez-vous Pôle Emploi n’a pas été si terrible que ça. Malgré les minces perspectives et la non indemnisation, la conseillère était très à l’écoute et n’a pas hésité à me donner des documents sur les différentes solutions de formation ou d’aides aux déplacements. Être inscrite à Pôle Emploi ne fera sûrement pas de moi une future employée mais au moins j’aurais exploité toutes les solutions.
 .
Bon. Je dois aussi assister à une réunion collective bientôt. Ça ne m’enchante guère mais je n’ai rien à perdre. Quand on est au chômage, on apprend que toute aide est bonne à prendre.
Mais bon quand même…
 tanner_sad_again