Chuck Norris, le chômage et moi

Madame,

Nous vous remercions de l’intérêt que vous nous témoignez en proposant votre collaboration pour le poste de chargé(e) de projets à pourvoir dans notre maison d’édition. 
Toutefois, malgré la qualité de votre candidature, nous ne sommes pas en mesure d’y apporter une réponse favorable. 
Espérant que votre recherche se concrétise rapidement, nous  vous prions d’agréer  l’expression de nos salutations distinguées.
.
okay

 

Hum hum, belle entrée en matière, n’est-ce pas? Ça met tout de suite de bonne humeur. Merci Oskar, t’es une vraie pote!
 .
Ce genre de mail quand on est au chômage, c’est un peu comme se prendre une maxi tarte par Chuck Norris, et tout comme moi tu sais que Chuck Norris peut faire pleurer des oignons!
Bref, le mail de refus, c’est le lot quotidien du chômeur, quand le possible employeur daigne bien répondre évidemment.
.

Vous savez le plus dur dans le chômage, c’est la vision que l’on a de soi. Chacun y va de sa petite remarque évidemment “tu le vis bien”, “je vois bien que t’es préoccupée!, ou bien encore “c’est bon détend-toi, c’est pas la mort!”. Moi, c’est plus compliqué.
.
Il y a des jours où tout va bien, l’optimisme est bien accroché, l’espoir embarqué pour parcourir les colonnes de pôle emploi et des autres sites d’offres. Tout est possible, une offre te plaît? Elle est faite pour toi, tu ne peux que décrocher le poste! T’es une warrior, rien ne t’arrête! Tu t’imagines déjà sur ton bureau dans une entreprise cool, un nouvel appart à toi et de nouvelles connaissances super chouettes à tes côtés. Le rêve est doux, très doux.
 .
Il y en a d’autres où tu te révoltes. C’est la guerre dans ta vie comme dans ton esprit. Tu insultes le monde entier qui se ligue contre toi, même la vieille qui traverse hors des clous et qui dit même pas merci quand tu t’arrêtes.
 .tumblr_mxai5r5vGa1rzzy9io1_500
.
Puis il y a ceux où aucune solution ne paraît acceptable, où l’avenir glisse entre tes doigts. Tu te terres au fond de ton lit pensant à tout ce que tu aurais fait différemment si tu t’en étais donné les moyens.
.
tumblr_mjshblno6D1rxkzmjo2_r1_500
 .
Car oui, quelques soient les situations, le coupable, c’est toi. Je dis bien coupable parce que c’est comme cela qu’on se considère.
Coupable d’avoir choisi cette voix, d’avoir fait ces études, de ne pas avoir choisi un chemin plus sûr. Coupable de rester sans travail, coupable de ne pas bien chercher, coupable de ne pas vouloir baisser ses attentes.
Coupable de revenir habiter chez tes parents et de lire de la compassion attristée dans leurs regards. Coupable de leur faire penser qu’ils n’ont pas réussi à t’offrir une meilleure vie.
.
Ça peut paraître pleurnichard ou alarmiste, mais c’est souvent le cas.
On peut glisser lentement vers le rejet de soi. Se dire qu’on est pas assez bien parce que personne ne veut de nous. Elle est loin l’image de celle que j’imaginais petite, celle de la jeune dessinatrice (oui je voulais être dessinatrice, parfaitement!), vivant ses rêves accompagnée des gens qu’elle aime, voyageant à travers le monde.
 .
never-look-back-facebook-cover-myfbcovers-11
.
Si j’étais d’un naturel pessimiste, je ne serais pas là à écrire ce genre de choses, mais au fond de mon lit à attendre que jeunesse se passe. Cette image est loin certes, mais pas inaccessible. Je suis et j’ai toujours été accompagnée des personnes que j’aime. Je me suis pris des claques comme tout un chacun mais je me félicite tous les jours des choix que j’ai fait car je ne pourrais espérer de meilleures personnes pour m’entourer. Je vis mes rêves petit à petit, rayant progressivement les points de ma liste, ce qui me procure toujours une superbe sensation d’accomplissement. Je ne voyage pas à travers le monde, peu le font et en ont les moyens, mais je profite de chacune des escapades qu’il m’ait donné de faire. Je ne suis pas dessinatrice (désolée petite Oskar) mais je n’ai pas perdu ce goût pour la création qui m’a toujours accompagné et qui aujourd’hui me permet de mettre sur pieds certains projets.
 .
Parfois je doute, je lutte, je peste contre mon amour des livres avant de me jeter sur le prochain. Je crie à l’injustice et met à l’épreuve ma susceptibilité tout en riant joyeusement de ce qui m’arrive. Je tourne en rond, piétine mais je n’hésite pas à m’embarquer sur un nouveau projet. Je crois que l’important dans tout ça, c’est de toujours se souvenir que chacun fait des choix et qu’il doit les assumer, peu importe ce que cela implique. Qu’il y a des hauts et des bas mais qu’on apprend des deux. Q’on n’est pas irrécupérable, seulement un peu amoché.
 .
Vous savez, quand j’étais adolescente, pour embêter ma mère, je disais toujours que plus tard, je serais chômeuse… Alors faites attention au karma, je crois que moi, il m’a dans son collimateur 😉
G7UWo
Advertisements

3 thoughts on “Chuck Norris, le chômage et moi

  1. On devrait ouvrir un Tumblr avec les plus beaux refus de candidatures. J’ai commencé une collection.

    Cela fait du bien de lire ton blog, on se sent moins seule.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s